Migration

This paper offers a critical perspective on how immigration control regulates the family lives of British residents and nationals of migrant descent. Family migration is problematic for a government determined to restrict long-term immigration to the skilled. The extended or ‘corporate’ family is particularly problematic because it also causes the reproduction of forms of family life that are regarded as oppressive and a barrier to cohesion. Policies have tended to minimise these forms of migration, and recent changes and proposals are consistent with that. The result is the increased marginalisation or exclusion of some migrants and pressure on migrant family life to conform more closely to majority norms.

Cet article analyse les aspects clés de la régulation d'entrée et de séjour des conjoints migrants en provenance des États de l'EEE. Il démontre qu'il y a des différences de régulation, particulière entre les États d'Europe de l'Est et du Sud par rapport aux États de l'Ouest et du Nord de l'Europe, mais, dans la majorité des cas, le nombre de différence est limité. L'article connecte cette "ressemblance familiale" au concept plus large d'européanisation. Même là où il n'y a pas d'obligation légale, les normes légales européennes et la pratique dans d'autres États européens circonscrivent ce qui est possible. 

This article analyses key aspects of the regulation of entry and stay of spousal migrants in eea member states. It shows that there are differences of regulation, particularly between states in Eastern and Southern Europe and states in Northern and Western Europe but, in most cases, the amount of divergence is limited. The article connects this ‘family resemblance’ to a broad concept of Europeanisation. Even where there is no binding legal obligation, European legal norms and the practice in other European states largely circumscribe what is possible.

À une époque où les questions relatives à la migration et à la formation de communautés diasporiques en sont venus à être critique pour tous les systèmes juridiques européens, ce volume reflète, discute et analyse les questions soulevées par les diasporas qui se sont établis en Europe depuis plus de cinquante ans d'immigration et les défis à relever par les systèmes juridiques à la lumière de la migration continue.

At a time when issues concerning migration and the formation of diasporic communities have come to be critical for all European legal systems, this volume reflects, discusses and analyzes the questions raised by diasporas who have established themselves in Europe over more than fifty years of immigration and the challenges faced by legal systems in the light of continued migration.

Ce chapitre analyse l'évolution de la réglementation au Royaume-Uni des mariages transnationaux depuis qu'ils sont devenus une question de premier plan dans les années 1960. Il emploie les récentes définitions de la «frontière» afin de faire valoir que la réglementation coïncidait initialement avec la frontière géographique avant d'être exporté par l'établissement de l'externalisation des frontières.

This chapter analyses the evolution of regulation in the UK of transnational marriages since they first became a prominent issue in the 1960s. It employs recent understandings of the ‘border’ to argue that regulation initially coincided with the geographical border before being exported through the establishment of compulsory entrance clearance. 

Ce chapitre analyse les politiques de migration de la famille du nouveau gouvernement travailliste de 1997 à 2010 dans le cadre de sa politique de migration en général. Il soutient que la politique était souvent le résultat d'un ensemble de pressions contradictoires. La régulation de la migration familiale partage souvent les mêmes caractéristiques que la politique d'immigration dans son ensemble: un vernis de cohérence masque les efforts pour satisfaire une multiplicité d'intérêts et de forces. Au même moment, alors que le gouvernement a aligné sa politique dans le même sens que celles des autres États européens, une certaine retenue est perceptible lors de la comparaison à d’autres politiques.

This chapter analyses the family migration policies of the New Labour government of 1997-2010 in the context of its migration policy generally. It argues that policy was often the outcome of a conflicting set of pressures. Regulation of family migration often appeared to share the same characteristics as immigration policy as a whole: a veneer of coherence concealed efforts to satisfy a multiplicity of interests and forces. At the same time, while the government moved policy in the same direction as its European neighbours, comparatively speaking it showed some restraint.

Ce chapitre examine les circonstances dans lesquelles un mariage impliquant un conjoint migrant hors-EEA est désigné comme un simulacre de mariage afin que les droits de séjour soient refusés. Il analyse les problèmes de compréhension et de définition d’un faux mariage et fait valoir que les contrôles sur les mariages fictifs régulent souvent un plus large éventail de mariages que ceux conclus dans le seul but d'obtenir des droits de résidence.

Pages

S'abonner à Migration