Réfugiés

As Europe grapples with the rising tide of migrants, asylum seekers are facing opposition and, in some cases, violence from locals. Human Rights Watch said Thursday that asked men – often armed – have been attacking and intercepting boats in the Aegean Sea carrying refugees on their way to Greece, one of many clashes reported this week.

L'UE tenait dimanche, dans l'urgence et un climat de tensions, un mini-sommet avec les pays européens les plus exposés à l'afflux de migrants transitant par les Balkans afin de juguler «collectivement» une crise sans précédent qui menace l'unité de l'Europe. 

"La crise migratoire qui a vu 700 000 migrants et réfugiés arriver en Europe via la Méditerranée depuis janvier va s'aggraver, a prévenu mardi le président du Conseil européen Donald Tusk, mettant à l'épreuve la coopération, déjà délicate, entre les pays de l'UE. Signe de cette préoccupation, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont mis la question migratoire au programme d'un entretien bilatéral, également consacré à la Syrie, mardi à Paris."

Débordée par le flux ininterrompu de réfugiés arrivant toujours au rythme de 6000 à 10 000 personnes par jour sur son territoire, l’Allemagne a décidé de durcir son arsenal juridique.

Les pays concernés par un afflux massif de migrants arrivant en Europe par la route des Balkans ont décidé dimanche soir de créer cent mille places d’accueil pour mieux juguler cet afflux, dont 50 000 en Grèce, a annoncé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

En quelques semaines, la crise des migrants qui s’entassent aux frontières de l’Europe a fait doubler le nombre de migrants qui vivent tant bien que mal sur ces terrains vagues que l’on nomme la « jungle », près de la zone portuaire.

Ce n’est pas ce nouveau rendez-vous bruxellois qui allait résoudre la crise des migrants qui menace de déstabiliser l’Europe. Mais le « mini-sommet » bruxellois de dimanche 25 octobre, consacré à la route des Balkans occidentaux qu’empruntent des milliers de réfugiés syriens, irakiens ou afghans, a eu au moins le mérite de mettre tous les dirigeants concernés autour de la table. 

Les pays de la « route des Balkans » confrontés à un afflux massif de migrants vont créer en urgence 100 000 places d’accueil, dont 50 000 en Grèce, a annoncé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à l’issue d’un mini-sommet européen à Bruxelles. 

En distribuant des verres d’eau aux migrants qui traversent son village, Alan (qui n’a pas voulu donner son nom de famille) rigole : « Il y a deux jours j’ai dit aux gens du village voisin que Kljuc Brdovecki était devenu le centre du monde. » 

La Commission européenne, qui a convoqué pour dimanche 25 octobre après-midi, à Bruxelles, un mini-sommet extraordinaire sur la « route des Balkans », empruntée par des milliers de demandeurs d’asile, veut agir très vite.

Pages

S'abonner à Réfugiés