Discretionary power

This article examines the ways that state sexual regimes intersect with migration controls to re-make exclusionary nation-states and geopolitical hierarchies among women. I focus on two important Irish Supreme Court rulings: the X case (1992) and the O case (2002), respectively. X was a raped, pregnant, 14-year-old who sought an abortion in Britain.

La plupart du savoir, de l'élaboration des politiques, de la prestation de services, de l'activisme et du travail culturel demeurent organisés autour de la prémise selon laquelle les migrants sont hétérosexuels (ou en voie de le devenir) et que les queers sont des citoyens (bien que de seconde classe). Où figurent les migrants queers dans ce cadre et ces activités? Comment conceptualise-t-on la migration queer - qui est à la fois un ensemble de processus impliquant des groupes sociaux hétérogènes et une série de questions théoriques et de justice sociale qui mettent en cause, et vont au-delà, les définitions strictes de la migration et la sexualité et qui refusent un attachement au corps de manière strictement identitaire - dans le but de défier et reconfigurer le cadre dominant?

Most scholarship, policymaking, service provision, activism, and cultural work remain organized around the premise that migrants are heterosexuals (or on their way to becoming so) and queers are citizens (even though second-class ones). Where do queer migrants figure in these frameworks and activities? How do we conceptualize queer migration—which is at once a set of grounded processes involving heterogeneous social groups and a series of theoretical and social justice questions that implicate but extend beyond migration and sexuality strictly defined, and that refuse to attach to bodies in any strictly identitarian manner—in order to challenge and reconfigure the dominant frameworks?

Grâce à une concentration sur la campagne américaine pour la reconnaissance des mariages entre personnes de même sexe au sein de la loi sur l'immigration, cet article confronte, au sein d'une discussion critique, les travaux scientifiques traitant des constructions sociales de l'immigration non-documentées et les études queer. Confrontant les représentations néolibérales du statut légal ou illégal de l'immigrant considéré comme signe de son caractère individuel plutôt que comme le résultat de multiples relations de pouvoir, cet article souligne le role central des régimes sexuels dans la construction de la distinction entre le légal et l'illégal. 

Focusing on the U.S. campaign to secure recognition of same-sex couple relationships within immigration law, this article brings the scholarship about the social construction of undocumented immigration into critical conversation with queer studies. Challenging neoliberal representations of legal or illegal immigrant status as a sign of individual character, rather than as an outcome of multiple relations of power, the article highlights the central role of sexual regimes in constructing the distinction between legal and illegal.

Si le statut d'illégal est souvent considéré comme découlant de la qualité d'indésirable associé aux migrants, les récentes recherches scientifiques ont démontré que le statut de légal et le statut d'illégal sont créés à travers des processus politiques et des relations de pouvoir qui demandent une attention critique particulière. Cet article s'ajoute à la littérature existante en présentant que les normes sexuelles influencent où et comment les États font la distinction entre le statut de légal et le statut d'illégal.

“Illegal” status is commonly conceived as stemming from migrants' undesirable characters, yet recent scholarship has shown that “legal” and “illegal” statuses are created through political processes and relations of power that require critical scrutiny. This essay expands the scholarship by showing that sexual norms critically shape where and how states draw distinctions between legal and illegal status.

Cet article argumente que les essais contenus dans l'édition spécial ‘Queer Migration, Asylum and Displacement’ problématisent collectivement comment les catégories officielles d'identités troublent, et sont troublées par, la pensée queer et les migrants demandeurs d'asile. L'article discute également des recherches futures et des possibilités soulevées pour les activitstes par ces essais.

This article argues that the essays in the special issue on ‘Queer Migration, Asylum and Displacement’ collectively problematize how official identity categories trouble, and are troubled by, queer and asylum-seeking migrants. It discusses the future research and activist possibilities that these essays open up.

Un examen révélateur de 150 ans de discrimination basée sur la sexualité contre les immigrants aux États-Unis.

Depuis la fin du XIXe siècle, la sexualité des migrantes est vue comme une menace à la sécurité nationale, menace qui doit être contenue par le biais de strictes pratiques de contrôle aux frontières. En étudiant ces politiques, leurs origines et leurs applications, Eithne Luibhéid illustre comment les frontières américaines sont devenues un site non seulement de contrôle de la sexualité féminine, mais également un lieu de contestation, de construction et de renégociation de l'identité sexuelle.

Pages

Subscribe to Discretionary power