Dual citizenship

Discrimination between the sexes concerning the transmission, acquisition or retention of nationality, in particular the dependence of a married woman on her husband’s nationality, was written into the nationality laws of many states in the nineteenth century. This form of discrimination had started to provoke protests from international women’s associations, from the early twentieth century on. After the First World War, in a period marked both by the rise of nationalism and by the acquisition of women’s suffrage in many countries, the debate took a further international turn. This article analyses, from an international perspective, the arguments of the various protagonists in a debate which revived the tensions between individualism and familialism, and provided an opportunity to reformulate the parameters of women’s citizenship.

Inscrites dans la législation sur la nationalité de nombreux États au cours du xix e siècle, les discriminations de sexe concernant la transmission, l’acquisition ou la conservation de la nationalité, en particulier la dépendance de l’épouse à l’égard de la nationalité de son mari, suscitent des protestations de la part de groupes internationaux de femmes dès le début du xx e siècle. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans un contexte marqué par le nationalisme et l’acquisition du suffrage pour les femmes dans de nombreux pays, le débat s’internationalise. Cet article analyse, à l’échelle internationale, les arguments des différents protagonistes de ce débat qui réactive la ligne de tension entre individualisme et familialisme et constitue l’occasion d’une reformulation des contours de la citoyenneté des femmes.

La citoyenneté "glissante" est une bonne métaphore. Il évoque l'angoisse contemporaine que le statut légal échappe de plus en plus à la portée de ceux qui le veulent et en ont besoin: plus difficile à obtenir, plus facile à perdre, fonctionnellement ténue même lorsque formellement sécuriser. Naturellement, nous sommes plus préoccupés par la situation de ceux qui cherchent la citoyenneté - de jure ou de facto - à partir d'un Etat récalcitrant. Néanmoins, je veux explorer l'image miroir de la citoyenneté "glissante", que je vais appeler la "citoyenneté collante". L'étiquette s'applique à des situations où un État cherche à donner la citoyenneté sur à bénéficiaire réticent ou lorsqu'un individu est coincé avec une citoyenneté qu'il veut désavouer. Cette exploration préliminaire de la citoyenneté "collante" est limitée à la première situation.

Slippery citizenship is a great metaphor. It evokes the contemporary anxiety that legal status increasingly eludes the grasp of those who need and want it most desperately: harder to get, easier to lose, functionally tenuous even when formally secure. Understandably, we are most preoccupied with the predicament of those who seek citizenship - de jure or de facto - from a recalcitrant state. Nevertheless, I want to explore slippery citizenship's mirror image, which I will call "sticky citizenship". The label applies to situations where a states seeks to stick citizenship on an unwilling recipient or where an individual is stuck with a citizenship she wishes to disavow. This preliminary exploration of sticky citizenship is confined to the former. 

Je dénonce le fait que la sécurisation de la citoyenneté rend l'obtention d'une seconde citoyenneté plus ardue pour les réfugiés et autres migrants forcés de quitter leur pays et, paradoxalement, en rendant l'acquisition de la citoyenneté par la naissance moins sécure pour les membres de certaines communautés de la diaspora qui ont déjà la double nationalité.

I contend that the securitization of citizenship operates by making acquisition of a second citizenship less attainable for refugees and other forced migrants and, paradoxically, by making birthright citizenship itself less secure for certain members of diasporic communities who already possess dual nationality.

Nous survelons les sources de l'anxiété populaire autour des double citoyennetés et nous nous concentrons sur les deux objections récurentes au sujet des prétentions des individus ayant la double citoyenneté et résidant à l'extérieur du Canada aux droits légaux associés à la citoyenneté canadienne. La première objection est que les citoyens non-résidents ne vivent pas au Canada et donc, ils ne démontrent pas d'un niveau adéquat d'attachement au Canada. En second lieu, les citoyens non-résidents ne paient pas de taxes et donc, ils ne sont pas autorisés à se prévaloir des droits associés à la citoyenneté.

We survey the sources of popular anxiety around multiple citizenship and focus on two recurrent objections regarding claims by dual citizens outside Canada to legal rights associated with citizenship. The first objection is that because nonresident citizens do not live in Canada, they do not demonstrate the appropriate degree of commitment to Canada. The second is that since nonresident citizens do not pay taxes, they are not entitled to claim the rights of citizenship.

Subscribe to Dual citizenship