Family immigration

Cet article constitue une première étape dans l'étude de l'architecture de la régulation du mariage au sein de la loi sur l'immigration. Il compare la régulation du mariage par la loi sur l'immigration à celle par la loi familiale traditionnelle dans chacun des quatre stages du mariage et considère comment la loi sur l'immigration nous dit quelque chose d'important à propos de la manière dont les Américains - ou à tout le moins les décideurs politiques - envisage le mariage aujourd'hui. L'article fournit une taxonomie de raisons pour lesquelles le Congrès régule le mariage à travers la loi sur l'immigration et suggère comment les cours et les chercheurs peuvent déterminer la légitimité des actions du Congrès dans cette sphère.

This Article takes a first step toward mapping the architecture of marriage regulation in immigration law. It compares immigration law’s regulation of marriage with that of traditional family law in each of the four stages of marriage and considers how immigration law might tell us something impor- tant about how Americans—or at least lawmakers—envision marriage today. The Article provides a taxonomy of reasons why Congress regulates marriage through immigration law and suggests how courts and scholars might determine the legiti- macy of congressional action in this area. 

Et si l'immigration familiale était bénéfique à la nation? Cet article engage une expérience de réflexion. Il pose la question: Pour quelles raisons une nation comme les États Unis décide de donner un nombre important de ses admissions d'immigration à des membres de la famille de citoyens et résidents permanents? En considérant cette question, cet article ne regarde pas uniquement l'évidence (relativement mince) de ce que le Congrès a effectivement considéré lors de l'adoption de ces dispositions, mais spécule aussi plus largement sur ce que les avantages de l'immigration fondée sur la famille pourraient être.

But what if family immigration is actually beneficial to the nation? This Article engages in a thought experiment. It asks: For what reasons might a nation like the United States decide to give an overwhelming number of its admission slots to family members of citizens and permanent residents? In considering this question, it not only looks to the (rather slim) evidence of what Congress actually did consider when enacting these provisions but also speculates more broadly about what the advantages of family-based immigration might be.

L'auteur conclut par une réflexion sur la capacité des prescriptions politiques transnationales à saisir la complexité des migrations en tant que phénomène global, la spécificité des contextes nationaux et les limites des abilités des acteurs étatiques de construire socialement le caractère des générations présentes et futures à travers la sélection des immigrants. Bien que la vaste majorité des immigrants sont admis sur la bases de critères attributifs de parenté, la famille importe - et continuera d'être importante - dans la direction future de l'immigration. 

Bien qu'étant le moyen d'entrée dominant durant les deux dernières décennies dans les États de l'Union européenne, l'étude des migrations de famille a été théoriquement, méthodologiquement et empiriquement marginalisé. Dans les sociétés d'établissement, la migration de famille a été interprétée plus largement et a été encouragée. La définition de ce qui constitue une famille est déterminée par l'État et est généralement interprété dans des termes très restrictifs au sein des États de l'Union européenne.

Despite being the dominant mode of legal entry for the past two decades in European Union states, the study of family migration has been marginalised theoretically, methodologically and empirically. In settler societies, family migration has been interpreted more loosely and has been encouraged. The definition of who constitutes the family is determined by the state and is generally interpreted in highly restrictive terms in EU states.

Cet article se concentre sur les politiques genrées en matière d'immigration en Grande-Bretagne. Dans un premier temps, il s'agit d'examiner la migration et la construction des frontières en Europe et, plus spécifiquement, les implications pour le genre des récentes politiques en matière d'immigration (travail, famille et asile) et la nature genrée de la notion de "frontières sécurisées" et de la notion de "havre de paix" du UK White Paper.

This article focuses on contemporary gendered politics of migration and belonging in Britain. The article starts with an examination of migration and the construction of boundaries in Europe and, more specifically, the gendered implications of recent immigration policies (labour, family, asylum) and the gendered nature of the notion of “secure borders” as well as that of “safe haven” in the UK White Paper.

Bien qu'étant presque inévitablement présenté d'un angle négatif, la migration internationale ne se réduit pas simplement aux pauvres et aux inexpérimentés en provenance du Tiers monde et de l'Europe de l'est qui cognent aux portes de l'Union européenne. L'interconnexion grandissante entre les éléments clés de l'économie globale (Japon, Amérique du Nord et Europe) a également mené à un mouvement international de travailleurs hautement qualifiés et de leurs personnes à charge.

Pages

Subscribe to Family immigration