Feminist perspective

Discrimination between the sexes concerning the transmission, acquisition or retention of nationality, in particular the dependence of a married woman on her husband’s nationality, was written into the nationality laws of many states in the nineteenth century. This form of discrimination had started to provoke protests from international women’s associations, from the early twentieth century on. After the First World War, in a period marked both by the rise of nationalism and by the acquisition of women’s suffrage in many countries, the debate took a further international turn. This article analyses, from an international perspective, the arguments of the various protagonists in a debate which revived the tensions between individualism and familialism, and provided an opportunity to reformulate the parameters of women’s citizenship.

"Dans la préface qu’elle donne au livre de son ancienne doctorante (2008), Françoise Thébaud souligne qu’il s’agit là d’une « histoire sociale et genrée des politiques nationales d’immigration et de naturalisation, et des pratiques administratives qui les mettent en œuvre », à partir du cas de Marseille, au cours des dernières années de la Troisième République (1918-1940). Linda Guerry s’attelle à cette tâche en se confrontant à des milliers de documents puisés dans les fonds archivistiques parisiens (Archives nationales) et marseillais (archives départementales des Bouches-du-Rhône, archives municipales, archives de la Chambre de commerce) [...]".

"Dans la préface qu’elle donne au livre de son ancienne doctorante (2008), Françoise Thébaud souligne qu’il s’agit là d’une « histoire sociale et genrée des politiques nationales d’immigration et de naturalisation, et des pratiques administratives qui les mettent en œuvre », à partir du cas de Marseille, au cours des dernières années de la Troisième République (1918-1940). Linda Guerry s’attelle à cette tâche en se confrontant à des milliers de documents puisés dans les fonds archivistiques parisiens (Archives nationales) et marseillais (archives départementales des Bouches-du-Rhône, archives municipales, archives de la Chambre de commerce) [...]".

Inscrites dans la législation sur la nationalité de nombreux États au cours du xix e siècle, les discriminations de sexe concernant la transmission, l’acquisition ou la conservation de la nationalité, en particulier la dépendance de l’épouse à l’égard de la nationalité de son mari, suscitent des protestations de la part de groupes internationaux de femmes dès le début du xx e siècle. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans un contexte marqué par le nationalisme et l’acquisition du suffrage pour les femmes dans de nombreux pays, le débat s’internationalise. Cet article analyse, à l’échelle internationale, les arguments des différents protagonistes de ce débat qui réactive la ligne de tension entre individualisme et familialisme et constitue l’occasion d’une reformulation des contours de la citoyenneté des femmes.

Cette contribution fait valoir que la position socio-juridique sur les pères migrants est beaucoup plus complexe et peut-être plus vulnérable que ce que laisse voir la perception dominante, conséquence du fonctionnement du droit de la famille et du droit de l'immigration. Utilisant une perspective critique féministe (Noire) du droit de la famille, la question est de voir dans quelle mesure la position juridique plus faible des pères migrants est causée par des idéologies de la paternité en droit de la famille et en droit de l'immigration qui les empêchent d'être de «bons pères.» L'argument est basé sur une analyse de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme sur l'affiliation, divorce, garde, droit de visite, et de résidence.

This contribution argues that the sociolegal position of migrant fathers is much more complex and possibly more vulnerable than often perceived, as a consequence of the workings of family law and immigration law. Using (black) feminist critiques of family law, the question is to what extent migrant fathers’ weaker legal position is being caused by ideologies about fatherhood in family law and immigration law that exclude them from being “good fathers.” The argument is based on an analysis of European Court of Human Rights case law on affiliation, divorce, custody, visiting rights, and residence.

While families all over the world enlist the help of family, friends, or paid day care for their children, the need to do so is especially strong for individual women (single or divorced) who work outside the home to earn a living. Women who migrate for work in another country, in search of better pay, may need to have children stay in the homes of others in the country of origin. That "good mothering" may take many forms was not initially recognized under Dutch immigration law. The approach in the Netherlands eventually brbought it into conflict with European human rights law and with the merging immigration law of the European Union (EU).

While families all over the world enlist the help of family, friends, or paid day care for their children, the need to do so is especially strong for individual women (single or divorced) who work outside the home to earn a living. Women who migrate for work in another country, in search of better pay, may need to have children stay in the homes of others in the country of origin. That "good mothering" may take many forms was not initially recognized under Dutch immigration law. The approach in the Netherlands eventually brbought it into conflict with European human rights law and with the merging immigration law of the European Union (EU).

Ce chapitre vise à explique comment cette augmentation de la protection des droits humains pourrait venir à propos. Alors que certains plaideurs sont moins puissants que d'autres, ils ne résistent pas toujours seuls. L'augmentation de la portée des analyses permet d'inclure la jurisprudence produite par des acteurs plus puissants. Leurs gains peuvent offrir des opportunités stratégiques pour ceux qui sont moins puissants.

Ce livre examine les lois en matière d'immigration sous l'angle du genre. Il présente comment les lois en matière d'immiagration situe les conflits de genre à l'extérieur de l'ordre national, les projectant sur les États non-occidentaux, les cultures exotiques, le travail clandestin et les organisations criminelles.

Pages

Subscribe to Feminist perspective