Gender and migration

This paper focuses on the livelihoods and entitlements of Third Country women in different welfare regimes, and who enter on their own for work and education, as family migrants or as asylum seekers and refugees. It primarily focuses on first generation migrants, that is those who were born in another country.

In Europe, as well as in Asia, care labor is more and more performed by migrants, more precisely by female migrants (Hillmann, 2005). At the same time, researches on welfare state and on the evolution of care in a gender perspective still ignore the essential role played by female migrants in that field (see Ungerson, 2003).

En Europe, comme en Asie, le travail de care est ainsi de plus en plus effectué par des migrants, et plus précisément par des migrantes (Hillmann, 2005). En même temps, les recherches consacrées à l’Etat social et aux évolutions du care dans une perspective de genre ont continué d’ignorer le rôle, pourtant essentiel, des migrantes dans ce domaine (voir néanmoins Ungerson, 2003).

Gender and International Migration in Europe est un travail unique qui introduit une dimension de genre au sein des théories contemporaine sur les migrations. Alors que l'Union européenne tente d'étendre le principe d'égalité d'opportunité, des politiques d'immigration de plus en plus restrictives et la persistence du racisme nie aux femmes migrantes autonomie et liberté de choix. Ce trvail démontre comment les processus de la globalisation et les changements aux politiques étatiques en matière d'emploi et de sécurité sociale maintiennent une demande pour diverses formes d'immigration genrée.

Gender and International Migration in Europe is a unique work which introduces a gender dimension into theories of contemporary migrations. As the European Union seeks to extend equal opportunities, increasingly restrictionist immigration policies and the persistence of racism, deny autonomy and choice to migrant women. This work demonstrates how processes of globalisation and change in state policies on employment and welfare have maintained a demand for diverse forms of gendered immigration.

Cet article, à travers l'étude du cas de Sara Harb Quiroz, nous offre une perspective sur les efforts des services d'immigration pour identifier et exclure les femmes nées dans un État tier qui sont présumées être lesbiennes. Le fait que Quiroz ait eu des difficultés à entrer à El Paso car un agent suspectait qu'elle soit lesbienne démontre clairement que la sexualité fonctionne comme un point dense de transfert des relations de pouvoirs à la frontière.

This article, through the study case of Sara Harb Quiroz, provides us with a window into immigration service efforts to identify and exclude foreign- born women who were believed to be lesbians. That Quiroz encountered difficulties when entering at El Paso, because an agent suspected that she was a lesbian, clearly demonstrates that sexuality functioned as a "dense transfer point for relations of power" at the border.

Les politiques et pratiques hétéronormatives - qui subordinnent les immigrants non seulement sur le plan de l'orientation sexuelle, mais également sur les plans du genre, de la race, de la classe et de l'identité culturelle qui peuvent mener à des actes sexuels ou des conclusions "indésirables" (tel que "trop" d'enfants pauvres) - sont déployées par l'État pour sélectionner qui peut entrer légalement aux États-Unis et pour incorporer les immigrants dans les identités et projets hégémoniques nationalistes.

Heteronormative policies and practices—which subordinate immigrants not just on grounds of sexual orientation but also on grounds of gender, racial, class, and cultural identities that may result in "undesirable" sexual acts or outcomes (such as "too many" poor children)—are deployed by the state to select who may legally enter the United States and to incorporate immigrants into hegemonic nationalist identities and projects.

Comment la sexualité et la migration sont modelés et remodelés l'un par l'autre? Les définitions variées de la sexualité ont rendu difficile le développement d'une réponse à cette question. Jusqu'à tout récemment, la sexualité était fréquemment assimilée au genre, ou adressée sous d'autres rubriques tels que le crime, la déviance, la moralité ou la maladie (Manalansan, 2006). De plus, la sexualité était considérée comme une question privée qui était sans importance dans les grandes questions sur la migration.

Pages

Subscribe to Gender and migration