Immigration policy

La citoyenneté "glissante" est une bonne métaphore. Il évoque l'angoisse contemporaine que le statut légal échappe de plus en plus à la portée de ceux qui le veulent et en ont besoin: plus difficile à obtenir, plus facile à perdre, fonctionnellement ténue même lorsque formellement sécuriser. Naturellement, nous sommes plus préoccupés par la situation de ceux qui cherchent la citoyenneté - de jure ou de facto - à partir d'un Etat récalcitrant. Néanmoins, je veux explorer l'image miroir de la citoyenneté "glissante", que je vais appeler la "citoyenneté collante". L'étiquette s'applique à des situations où un État cherche à donner la citoyenneté sur à bénéficiaire réticent ou lorsqu'un individu est coincé avec une citoyenneté qu'il veut désavouer. Cette exploration préliminaire de la citoyenneté "collante" est limitée à la première situation.

Slippery citizenship is a great metaphor. It evokes the contemporary anxiety that legal status increasingly eludes the grasp of those who need and want it most desperately: harder to get, easier to lose, functionally tenuous even when formally secure. Understandably, we are most preoccupied with the predicament of those who seek citizenship - de jure or de facto - from a recalcitrant state. Nevertheless, I want to explore slippery citizenship's mirror image, which I will call "sticky citizenship". The label applies to situations where a states seeks to stick citizenship on an unwilling recipient or where an individual is stuck with a citizenship she wishes to disavow. This preliminary exploration of sticky citizenship is confined to the former. 

Dans cet article, Kerry Abrams offre, lors du panel de conclusion de la conférence, une exploration de certains thèmes qui ont continuellement émergé à travers les différentes interventions lors d'une conférence sur l'immigration.

In this article Kerry Abrams offers an exploration of some themes that have consistently emerged through the various talks during a conference on immigration during the concluding panel of the conference.

Notre droit de l'immigration est un sujet complexe et politiquement chargée. Grâce à celui-ci, nous déterminons qui peut entrer dans le pays et sous quelles conditions, qui peut rester et qui doit quitter. Nous l'utilisons pour définir le groupe de personnes admissibles à devenir citoyens américains. Nous permettons à des familles qui ont été séparées d'être réunies. Nous améliorons notre compétitivité mondiale par l'admission de personnes avec des compétences, des talents et des ambitions entrepreneuriales. Le droit de l'immigration nous permet également de fournir une aide humanitaire en énonçant un cadre pour l'obtention du statut de réfugié. En bref, le droit de l'immigration est un mécanisme important pour façonner l'avenir de notre pays.

Our immigration law is a complex and politically-charged subject. Through it, we determine who may enter the country and under what conditions, who may stay, and who must leave. We use it to define the group of people eligible to become U.S. citizens. We allow families who have been separated to be reunited. We enhance our global competitiveness through the admission of people with skills, talents, and entrepreneurial ambitions. Immigration law also enables us to provide humanitarian relief to the persecuted by setting forth a framework for obtaining refugee status. In short, immigration law is an important mechanism for shaping our country's future. 

Cette contribution fait valoir que la position socio-juridique sur les pères migrants est beaucoup plus complexe et peut-être plus vulnérable que ce que laisse voir la perception dominante, conséquence du fonctionnement du droit de la famille et du droit de l'immigration. Utilisant une perspective critique féministe (Noire) du droit de la famille, la question est de voir dans quelle mesure la position juridique plus faible des pères migrants est causée par des idéologies de la paternité en droit de la famille et en droit de l'immigration qui les empêchent d'être de «bons pères.» L'argument est basé sur une analyse de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme sur l'affiliation, divorce, garde, droit de visite, et de résidence.

This contribution argues that the sociolegal position of migrant fathers is much more complex and possibly more vulnerable than often perceived, as a consequence of the workings of family law and immigration law. Using (black) feminist critiques of family law, the question is to what extent migrant fathers’ weaker legal position is being caused by ideologies about fatherhood in family law and immigration law that exclude them from being “good fathers.” The argument is based on an analysis of European Court of Human Rights case law on affiliation, divorce, custody, visiting rights, and residence.

De Hart discute de ces formes de régulation du sexe, des relations et des mariages entre les groupes qui ont été considérés comme mélangés sur le plan de la race ou de l'ethnie. Elle fournit des exemples historiques, tels que les mesures contre les «Negrocabarets» et contre les mariages néerlandais-chinois dans les années 1930.

De Hart discusses these forms of regulation of sex, relationships and marriages between groups that were considered ‘racially’ or ‘ethnically’ mixed. She provides historical examples, such as the measures against ‘Negrocabarets’ and against Dutch-Chinese marriages, both in the 1930s.

Pages

Subscribe to Immigration policy