Marriage migration

La tension entre le droit au regroupement familial prévu par les directives européennes et le souci des États membres de protéger leur souveraineté en régulant la migration a suscité une attention et une inquiétude accrues, notamment concernant les relations familiales frauduleuses (en particulier les mariages de complaisance). Cette contribution se penche sur les formes de contrôle autorisées dans la perspective du droit européen et se questionne à savoir si les pratiques nationales sont conformes au droit européen et aux droits fondamentaux.

The tension between the right to family reunification as laid down in European Directives and Member States’ concern to protect their sovereignty in regulating migration has resulted in growing attention to and concern about fraudulent family relationships (especially marriages of convenience). This contribution addresses the question of what forms of control are permissible from a European law perspective and whether national practices are in conformity with European law and fundamental rights. 

The UK government is considering allowing other forms of financial support - other than the sponsoring spouse's income - to be included for the purpose of the minimum income requirement, in some circumstances. Thus, the decision-maker could consider the minimum income requirement met if other sources of income, financial support or funds are taken into account. 

This research investigates the ways in which marriage migration, which was relatively insignificant in the early phases of post-War immigration, has become the object of intense state scrutiny and the site of political interventions in the past twenty years, as family-related migration became the main legal mode of entry in Western Europe, Canada and the United States (Kraler, 2010). Such interventions have taken different forms, and have become increasingly debated. Indeed, they seem to pit what many deem to be a fundamental principle in Western democracies, namely the right to family life (at least for established citizens), against calls and pressures for tightened migration policies. 

Le gouvernement du Canada a éliminé la condition selon laquelle certains époux ou partenaires parrainés par des citoyens canadiens ou des résidents permanents devaient vivre avec leur répondant afin de conserver leur statut de résident permanent.

C’est avec un immense plaisir que nous vous annoncons la parution du premier rapport de recherche réalisé dans le cadre du projet Migration de mariage et technologies de l’amour: comprendre la gouvernementalité de la migration de mariage en Europe et en Amérique du Nord dirigé par Anne-Marie D’Aoust, professeure au département de sciences politiques et membre du CRIEC de l’Université du Québec à Montréal.

"Dans la préface qu’elle donne au livre de son ancienne doctorante (2008), Françoise Thébaud souligne qu’il s’agit là d’une « histoire sociale et genrée des politiques nationales d’immigration et de naturalisation, et des pratiques administratives qui les mettent en œuvre », à partir du cas de Marseille, au cours des dernières années de la Troisième République (1918-1940). Linda Guerry s’attelle à cette tâche en se confrontant à des milliers de documents puisés dans les fonds archivistiques parisiens (Archives nationales) et marseillais (archives départementales des Bouches-du-Rhône, archives municipales, archives de la Chambre de commerce) [...]".

"Dans la préface qu’elle donne au livre de son ancienne doctorante (2008), Françoise Thébaud souligne qu’il s’agit là d’une « histoire sociale et genrée des politiques nationales d’immigration et de naturalisation, et des pratiques administratives qui les mettent en œuvre », à partir du cas de Marseille, au cours des dernières années de la Troisième République (1918-1940). Linda Guerry s’attelle à cette tâche en se confrontant à des milliers de documents puisés dans les fonds archivistiques parisiens (Archives nationales) et marseillais (archives départementales des Bouches-du-Rhône, archives municipales, archives de la Chambre de commerce) [...]".

Associate Professor of Law Dr Helena Wray and her Middlesex colleague, Co-Director of the Social Policy Research Centre Eleonore Kofman, consider the latest evidence ahead of the Supreme Court hearing on the minimum income requirement.

Plus de réfugiés et moins d'immigrants économiques. C'est ce qui ressort du plan d'immigration pour 2016 qui a été dévoilé ce matin par le gouvernement fédéral. Au cours de cette année, Ottawa compte accueillir environ 300 000 nouveaux résidents permanents au pays.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair, Radio-Canada

Pages

Subscribe to Marriage migration