Mobility/Immobility

Somewhere right now, in a refugee camp in Amman or a rental apartment in Beirut or on a street in Istanbul, sits a Syrian hoping to be among the 25,000 people resettled to Canada, possibly by the end of the year. United Nations staff working with the Canadian government to figure out who will be on the planes or ships dispatched to the region in the coming weeks say they are trying to keep expectations realistic.

Britain yesterday began the process of deporting migrants camped at a British military base in Cyprus, triggering the threat of a mass hunger strike. Members of the group, which crossed the Mediterranean from Lebanon on two small boats almost three weeks ago, were warned in a letter that they would be returned to Beirut because they had chosen not to claim asylum in Cyprus.

Britain is to spend almost half a billion pounds to stem the flow of migrants across the Mediterranean. Ministers will announce £275 million of funding today to help Turkish officials deal with hundreds of thousands of Syrian refugees over the next two years, as a two-day global summit on the crisis closes in Malta. At a working dinner in Valletta last night, David Cameron also pledged to use £200 million of British aid money to help African countries tackle migration.

Le ministre de l’intérieur suédois, Anders Ygeman, a annoncé, mercredi 11 novembre, que la Suède allait instaurer, dès jeudi, des contrôles à ses frontières pour une durée de dix jours. M. Ygeman, lors d’une conférence de presse, a expliqué cette décision par la forte arrivée de migrants dans son pays : « Il y a un nombre record de réfugiés qui arrivent en Suède. L’Office des migrations est sous forte pression […] et la police estime qu’il existe une menace contre l’ordre public. »

Ce devait être un moment politique fort, de discussions entre responsables africains et européens pour trouver des solutions concrètes afin de limiter le flux de migrants vers l’Europe. Le sommet de La Valette, mercredi 11 et jeudi 12 novembre, risque toutefois d’être éclipsé par le conseil informel des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE), programmé dans la foulée, jeudi après-midi. Et notamment par la Turquie, qui sera au cœur de ce rendez-vous.

 

Le gouvernement libéral s’apprête à finaliser son plan de match pour accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année. Le ministre de l’Immigration fera ses recommandations au Conseil des ministres jeudi, lequel pourrait alors trancher à l’issue de cette rencontre. Mais déjà, les fonctionnaires dépêchés au Moyen-Orient ont reçu près de 10 000 demandes d’asile, a révélé John McCallum.

Les Européens vont s'efforcer jeudi à Malte d'éviter d'apparaître comme une «forteresse» aux yeux d'Africains avec lesquels ils vont signer un plan d'action censé endiguer l'afflux de migrants, qui met à mal leur cohésion.

Plus de 400 000 enfants syriens réfugiés en Turquie sont privés d'école faute de maîtriser la langue turque et par manque de moyens, un phénomène qui contribue à accroître les migrations vers l'Europe, s'inquiète Human Rights Watch (HRW).

Un nouveau drame migratoire en mer Égée a coûté la vie à deux enfants jeudi, entraînant une mobilisation sur l’île de Lesbos « pour que cessent les noyades » entre la Turquie et la Grèce, une zone qui va rester sous haute tension avec 600 000 nouvelles arrivées attendues d’ici février.

Vendredi 30 octobre, 22 candidats à l’exil ont encore péri en Mer Egée et 35 sont portés disparus au large de l’Espagne. Le même jour, l’Allemagne et l’Autriche ont décidé de limiter l’arrivée des migrants à cinq points de leur frontière commune pour mieux contrôler leur afflux.

Pages

Subscribe to Mobility/Immobility