Documents

Filtrer
Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".
Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".
Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".

Immigration and Refugee Law est un ambitieux volume qui se propose de d'étudier les origines historiques des lois contemporaines sur l'immigration et le statut de réfugié. Par l'utilisation d'extraits d'écrits, sélectionnés avec attention, de différents intellectuels et des commentaires de l'équipe d'auteurs, ce livre fournit un cadre pour des critiques normatives, offrant aux étudiants de perspectives variées d'une manière compréhensible et cohésive.

Bien que la citoyenneté soit souvent considérée comme un droit inaliénable, l'émergence de terroristes "nationalisés" a remis en question le fait que certains citoyens méritent la protection que la citoyenneté leur fournit. À travers cet article, l'auteure présente comment l'exercice contemporain de la révocation de la citoyenneté a ravivé les pratiques d'exil et de banissement.

L'auteure soutient que la tentative de Doré de synchroniser l'analyse de la proportionnalité (dérivée de la décision constitutionnelle) au contrôle de la raisonnabilité déférente (dérivé de la loi administrative) est insatisfaisanteé Le remplacement des termes "droit" ou "liberté" par "valeurs" dans la Charte dissimule la reconnaissance des droits et libertés en jeu.

Nous survelons les sources de l'anxiété populaire autour des double citoyennetés et nous nous concentrons sur les deux objections récurentes au sujet des prétentions des individus ayant la double citoyenneté et résidant à l'extérieur du Canada aux droits légaux associés à la citoyenneté canadienne. La première objection est que les citoyens non-résidents ne vivent pas au Canada et donc, ils ne démontrent pas d'un niveau adéquat d'attachement au Canada. En second lieu, les citoyens non-résidents ne paient pas de taxes et donc, ils ne sont pas autorisés à se prévaloir des droits associés à la citoyenneté.

L'étude de jugements de la Cour européenne des droits humains et de la Cour suprême du Canada à travers une série de cas impliquant de non-citoyens et la sécurité nationale révèle que les Cours font non seulement circuler des pratiques et des arguments légaux entre les juridictions, mais elles font également circuler - possiblement par inadvertance - des fausses représentations des pratiques, tout en restant stratégiement sourde aux arguments dissidents.

L'auteur conclut par une réflexion sur la capacité des prescriptions politiques transnationales à saisir la complexité des migrations en tant que phénomène global, la spécificité des contextes nationaux et les limites des abilités des acteurs étatiques de construire socialement le caractère des générations présentes et futures à travers la sélection des immigrants. Bien que la vaste majorité des immigrants sont admis sur la bases de critères attributifs de parenté, la famille importe - et continuera d'être importante - dans la direction future de l'immigration. 

Cet article étudie les cadres légaux internationaux, incluant les multiples lignes directrices, recherches, résolutions, guides, conclusions et manuels produits par les divers organismes des Natons Unies, qui confirment la perception des problématiques spécifiques aux femmes et fillettes déplacées dans les zones de conflit.

L'objectif de cet article est d'intégrer les conceptions légales et sociales de la citoyenneté alors qu'elles se matérialisent à la traversée des frontières géographique, politique et sociale qui accompagnent la mobilité transnationale. Plutôt que de poser la question de "qui est le citoyen?", je pose la question de "qui est l'Autre du citoyen?", partiellement à titre de moyen de délimiter ce à quoi on réfère par la citoyenneté en pensant à qui nous désignons comme l'altérité.

En se fondant sur les problématiques variées découlant de la dichotomie entre la théorie politique et les projets quotidiens, nous argumentons que les États étaient historiquement moins bordés par de rigides frontières et autonomes que l'opinion publique et l'étude des approches des États-nations ont laissé présumer.

Les réfugiés sont entrain de disparaître du territoire des États riches industrialisés. Cela ne signifie pas que les réfugiés sont littéralement entrain de disparaître. Malgré les efforts des gouvernements occidentaux pour les dissuader, les demandeurs d'asile réussissent toujours à arriver et à déposer des demandes de réfugiés chaque année. Je ne fais pas ici référence à la réalité légale et matérielle des réfugiés, mais plutôt à l'érosion de l'idée que les demandeurs d'asile peuvent être des réfugiés.

Les lois et politiques en matière d'immigration articulent l'offre global et les demandes locales en délimitant les termes d'entrée, la durée et la résidence. Dans le cas des travailleurs du sexe, la position officielle de la plupart des États riches tend à l'exclusion des non-citoyens and à la criminalisation de la prostitution. Le résultat est que les femmes étrangères qui entrent et travaillent sans autorisation légale (qui englobe nécessairement un travail du sexe illégal) sont doublement criminalisées.

L'auteure explore les liens entre les activités transnationales des compagnies pétrolières canadiennes opérant au Soudan et les violations de droits humains et de droit humanitaire commises par le gouvernement du Soudan contre les populations du Soudan du Sud dans le cadre de la présente guerre civile. L'impact spécifique du conflit armé sur les femmes est raconté dans un microcosme à travers une rencontre entre l'auteure, un membre de la mission d'établissement des faits au Soudan et un groupe de femmes Nuer.

En utilisant une analyse légale et discursive qui se concentre sur la production des travailleuses migrantes à titre de travailleurs, de criminelles et de sujets de droits humains, cet article argumente que l'incohérence de la politique canadienne ne peut être rendue intelligible que lorsqu'elle est étudiée à travers ces différents objectifs. L'article conclut en considérant les options de politiques qui s'offrent aux États pour adresser cette problématique.

L'auteure explore l'impact de la loi internationale sur la pratique légale au Canada, avec une attention spéciale sur la politique et la loi sur l'immigration, et la façon dont elles affectent la vie des femmes qui veulent entrer au Canada.

Les Canadiens associent souvent le travail sous-payé à un passé éloigné et le marché du travail stratifié selon les races à une histoire d'esclavagisme et de colonisation des autres États. L'existence d'un programme canadien d'immigration connu sous le nom de Foreign Domestic Movement (FDM) program défit cette complaisance naïve et soulève la possibilité que ces phénomènes ne sont ni du passé ni confiné à l'extérieur des frontières canadiennes.

Pages